Vous êtes ici : Accueil > Art-thérapie

historique art-thérapie
Retour sur les origines de l'art-thérapie par François Granier (Président d'honneur S.F.P.E.-A.T au C.H.U de Toulouse)
granier1.jpg

L' art-thérapie succède à une série d' étapes. D' abord les aliénistes du 19ème siècle qui déjà pointaient la nécessité de mettre en valeur certaines formes de créations des malades, puis la curiosité ef ses dérives des mouvements artistiques comme le Surréalisme et l'Art Brut, qui séparaient l' oeuvre et la pathologie.
 

En fait les psychanalystes furent les premiers à recourir à d' autres moyens d' expression que le langage dans un but thérapeutique, en particulier chez l' enfant. Les cliniciens quant à eux parlaient d' art psychopathologie et cherchaient à établir des corrélations dans une psychopathologie de l' expression. C' est à partir des années 1980 que l'art-thérapie s' individualise véritablement. Les psychothérapies médiatisées apparaissent en 1987.Le sucés ( international ) aboutit à une diffusion rapide, avec sa rançon, l' éclatement des pratiques et des théories souvent inconciliables, le défaut de méthodologie consensuelle pour valider une technique de soin, puis la dérive marchande contemporaine qui aboutit aux albums de coloriage. De fait l' art-thérapie suit l' évolution des pratiques institutionnelles de l' organisation de la psychiatrie, qui pose la question du sens des ateliers. Très longtemps considérée au rang des activités occupationelles, elle aspire à être reconnue comme un domaine de l' art à part entière. Mais l' expérience du soin, comme d' ailleurs celle de l' enseignement des Beaux-Arts, et malgré le marché des formations, montre que l' on ne prescrit pas l' art, qu' on ne crée pas des artistes, qu' ils échappent à l' emprise de la professionnalisation et de la fonctionnarisation. C' est à la fois ce qui a toujours fasciné, mais échappera toujours, et alimente les controverses actuelles.Reste de plus à souligner que les rapports des malades à la maladie ont évolué, droit à la parole, consentement, empowerment, eux qui ont été souvent oubliés mais qui sont les véritables auteurs, et dont il faudra tenir compte pour l' avenir.